- ce premier contact permet aux héros de réaliser à quel point ils sont sales (comme si le petit berger était un miroir, et leur révélait leur aspect physique) : ils ressemblent à des voleurs (l. 6), et provoquent la peur : - répétition des différentes étapes pour entrer en contact, seule change la langue utilisée : allemand (l. 10), anglais (l. 14), français (l. 17), - enfant refuse catégoriquement de répondre : "l'enfant ne répondit pas" (l. 12), "l'enfant ne répondit pas davantage" (l. 15), "même silence de l'enfant" (l. 18), - professeur : affection "mon oncle commença par le rassurer de son mieux" (l. 10) +, "mon petit ami" (l. 11), puis esprit de jeu, fierté scientifique "très fier de son polyglottisme" (l. 16), - narrateur : "j'étais très intrigué" (l. 15), - narrateur énervé :"avec impatience" (l. 21), - processus d'échec recommence "l'enfant de ne point répondre" (l. 22), - réaction musclée du professeur "colère" (l. 23) : agression verbale "Ah ça ! On peut relever l'adjectif "lents" (l. 1) ainsi que la mention des "six mois d'hivernage" (l. 2) qui montre que le séjour des deux hommes en Iran ne se résume pas à une étape rapide. Vous soignerez votre expression, et penserez à justifier votre analyse par des citations précises. Cela confirmait, d’ailleurs, l’indication de la boussole et notre retour involontaire au nord de la mer Lindenbrock. Ensuite, la longue durée du voyage, et le rythme lent adopté dans l'avancée vers l'Est, permettent de profiter complètement des régions traversées. Explication linéaire n°9 : L’exploration scientifique de la grotte, chapitre 19. «Je croyais assister, remarque Axel, dans quelque planète lointaine, Uranus ou Neptune, à des phénomènes dont ma nature “terrestrielle” n’avait pas conscience.». Jules Verne, Voyage au centre de la Terre (1864) Objet d'étude : Le roman et le récit du Moyen Âge au XXIe siècle Œuvre : Verne, Voyage au centre de la Terre Elle n’est plus que l’ombre d’elle-même, exorcisée, 10 autant dire innocente. Lionel Dupuy 1. Œuvre du domaine public. La comparaison "comme un Auvergnat montant sur Paris" (l. 4-5) indique bien ce regard neuf porté par les deux hommes sur tout ce qui les entoure. Le 24 mai 1863, un dimanche, mon oncle, le professeur Lidenbrock, revint précipitamment vers sa petite maison située au numéro 19 de Königstrasse, l’une des plus anciennes rues du vieux quartier de Hambourg. Otto Lidenbrock est un géologue et naturaliste denationalité allemande, qui enseigne aussi la minéralogie. A la lecture de ce texte, on peut se demander pourquoi le portrait du professeur est mitigé. Les personnages, à mesure qu'ils s'enfoncent au centre de la Terre, découvrent un monde préhistorique, remplis d'ossements, mais peuplé également de créatures étranges. C'est dans une petite ville du sud qu'il était chef, 15 autrefois, il ne connaît plus personne à la préfecture... d'ailleurs il a tout oublié. Cette maladie pourrait même fournir un bon alibi pour rester tranquillement au lit comme le montre la phrase "on ne songe qu'à dormir et le lit est bon" (l. 3-4). Température chaude. Le jour venu, plus de sommeil possible. Axel est le neveu d’Otto, c’est le narrateur de l’histoire.Il est âgé d’une vingtaine d’années. Ressources Langues Français Autres Niveaux Tout Niveau FR Voyage au Centre de la Terre de Jules Verne Roman de science-fiction écrit par Jules Verne en 1864. Le roman traite de la découverte d'un manuscrit runique ancien par un savant allemand qui, avec son neveu et leur guide, entreprennent un voyage vers le centre de la Terre en y entrant par un volcan islandais éteint, le Sneffels (c'est-à-dire le Snæfellsjökull). Le Musée des familles. Nous étions au bas bout de la table, au bord de l’assiette, mais bien résolus à y pêcher quelques morceaux. Ains : mais. D’ailleurs, il ne parvient ni à déchiffrer la signification du grimoire, révélée accidentellement à Axel, ni à expliquer le dérèglement de la boussole, lui aussi compris par son neveu. Voyage au centre de la Terre. En troisième lieu, je vais étudier quelle morale Nicolas Bouvier exprime à l'issue de cette anecdote. Voyage au centre de la terre Par Jules Verne. cisent. Elles correspondent au rôle confié à l’incipit d’un roman. Son caractère est excentrique, emporté. Le professeur, Axel et leur guide Hans ont trouvé le moyen de sortir du centre de la Terre en suivant un fleuve. 5. Parfois même elle s’égare sur une fleur. Aux mouches d’Asie s’entend, car, qui n’a pas quitté l’Europe n’a pas voix au chapitre. À chaque étape, on relève de ces menus changements qui changent tout – qualité des regards, forme des nuages, inclinaison des casquettes – et, comme un Auvergnat montant . Problématique : Quels sont les enjeux de la mise en fiction de la science dans l’œuvre de Jules Verne ? Axel ! Romans d'aventures. - évolution des personnages au terme de ce périple : le professeur, toujours aussi colérique, mais plus ouvert, n'hésite pas à user de ses connaissances pour rendre service à tout le monde, Axel, plus mature, moins craintif, et toujours aussi curieux pour les sciences, Hans, pareil à lui-même, le seul personnage qui n'a pas évolué, - ouverture sur une œuvre relatant un voyage qui a permis au héros de grandir (voir exposés), l'itinéraire suivi par les deux voyageurs Nicolas Bouvier et Thierry Vernet (, 5 J’aurai longtemps vécu sans savoir grand-chose de, Une vie entièrement consacrée à leur nuire m’apparaîtrait comme un très beau destin, Endurante, acharnée, escarbille d’un affreux matériau, plaie, ulcère, boutonnière de chair mal fermée, dans vos parties, introduits par des connecteurs logiques : d'abord, ensuite, enfin. Ils y apprennent la possibilité d’atteindre le centre de la Terre. (l. 8-9). Nous voulons bien. Pour finir, ils sont amenés à faire confiance à des gens inhabituels, au gré de leur rencontre. Il incarne ainsi le savant enthousiaste et curieux par excellence. L'ennui est accepté comme un ingrédient du voyage. Comment faire pour approfondir l'analyse ? Entraînés sur un radeau dans la cheminée d’un volcan, ils sont ramenés par une éruption à la surface de la Terre. C'est ce genre de rencontre que Nicolas Bouvier raconte dans la suite du texte. les voyages les plus agréables, selon lui, se prolongent dans le temps. . La comparaison "comme un Auvergnat montant sur Paris" (l. 4-5) indique bien ce regard neuf porté par les deux hommes sur tout ce qui les entoure. La mouche est capable d'adopter une stratégie pour faire du mal. Y penser seulement me met les larmes aux yeux. Il compare en effet les mouches d'Europe et les mouches d'Asie. Le professeur de minéralogie Otto Lindenbrock découvre un parchemin codé, rédigé en caractères runiques islandais. Elle apparaît comme le pâle reflet "innocen[t]" de la mouche d'Asie qui elle, au contraire, est présentée en des termes péjoratifs : "Celle d’Asie, gâtée par l’abondance de ce qui meurt et l’abandon de ce qui vit, est d’une impudence sinistre". Le scepticisme d’Axel en est ébranlé, pendant que Lidenbrock se montre de plus en plus exalté (chapitres 30-40). sciencefiction_jules_verne.pdf. en quoi un fait apparemment mineur peut revêtir une grande importance. de Jules Verne. Jeudi 20 août. Pourquoi le raconte-t-il ? (, ah) + physique "secoua l'enfant par les oreilles" (l. 23-24), - réponse extrêmement brève, un seul mot "Stromboli" (l. 25), qui provoque un effet grandiose. L'allusion à la fleur assimile la mouche d'Europe à un papillon. Car, en effet, une analyse. Lire en mode normal (façon ereader) XXXII. Ce texte est extrait du récit de voyage intitulé L'Usage du monde, écrit par N. Bouvier et publié en 1963. Présentation – Voyage au centre de la Terre est un roman écrit par Jules Vernes En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l’utilisation de Cookies ou autres traceurs pour vous proposer votre dernière commande créée sur ce site et conserver la connexion automatique à votre compte. Propriété de l’écrivain, le langage est sans doute plus vaste que l’univers connu par la science. Ce texte est extrait du récit de voyage intitulé L'Usage du monde, écrit par N. Bouvier et publié en 1963. inculte (barbe) : sans soin / sans culture, intrigué : curieux, intéressé par ce qui est en train de se passer, polyglottisme : le fait de parler plusieurs langues. Etablir une fiche de recherche biographique, en une trentaine de lignes, prsentant brivement la jeunesse de Verne, puis ses dbuts littraires, sa rencontre avec Hetzel, ses matres en littrature, sa production littraire, sa vie d'crivain. 2. C'est l'attention portée aux détails qui fait alors toute la saveur du voyage, comme le montre l'énumération "qualité des regards, forme des nuages, inclinaison des casquettes" (l. 4). L'auteur y raconte le long périple accompli par lui et son ami Thierry Vernet depuis l'Europe jusqu'en Asie. Vous proposerez un commentaire linéaire et organisé de ce texte, afin de montrer en quoi un fait apparemment mineur peut revêtir une grande importance. Lectures du soir est parmi les premiers périodiques illustrés, à bas prix, en France, au … Vous étudierez d’abord la définition du voyage par le narrateur (du début à la ligne 7), puis vous analyserez l’art du portrait (de la ligne 8 à la ligne 17), enfin, vous étudierez la “morale” de cette histoire (de la ligne 18 à la ligne 21). Pour Mireille Gouaux-Coutrix, en transposant à travers la symbolique du récit les problèmes de son vécu et de son art, le romancier fait l’expérience de soi: «Désormais Verne, comme Axel, possède l’instrument de son équilibre et de son épanouissement. "pauvre enfant !" (Je vais maintenant lire cet extrait) A la lecture de ce texte, on peut se demander pourquoi le portrait du professeur est mitigé. Ce long séjour en Iran modifie leur façon d'être : "Six mois d'hivernage, un rien suffit à étonner (l. 2-3). Voilà sommairement et au vrai le discours que j’ai ouï de la propre bouche d’un pauvre sauvage américain. Dernière modification : 20 mars 2016 à 12h56. Elle rend trembleur, faible, et désireux que les choses vous soient extrêmement facilitées. Il ne s'agit pas d'aller visiter tous les monuments de la capitale, de voir des sites grandioses, de dépenser de l'argent, mais de rencontrer les habitants, sans préjugés, en acceptant de changer sa manière de voir. Le professeur Otto Lidenbrock. une tête humaine ! Nicolas Bouvier adopte alors le ton de l', du nom "haine", ou encore l'expression "les larmes aux yeux" (l. 5) qui montre la réaction épidermique du narrateur à la pensée d'une mouche. Pour finir, ils sont amenés à faire confiance à des gens inhabituels, au gré de leur rencontre. L'absence de mots de liaison et la formule finale soulignent le comique de la situation. 5 J’aurai longtemps vécu sans savoir grand-chose de la haine. Ayant découvert un manuscrit runique ancien, un savant, son neveu et leur guide entreprennent un voyage vers le centre de la Terre en y entrant par un volcan islandais éteint. Le jeune Axel n’a pas l’âme d’un aventurier. Dans ce blâme, on ressent à quel point l'expérience de cette torture a marqué le narrateur. - Une tête humaine !" Mes yeux, déshabitués de la lumière, se fermèrent brusquement. L’œuvre acquiert par là une dimension initiatique que d’aucuns n’hésiteraient pas à faire valoir par rapport à l’écrivain lui-même. Ils gagnent ainsi le droit de renaître, comme paraît le figurer l’éruption qui les ramène au jour, accouchement symbolique par lequel ils sont rendus à la réalité. : n'hésitez pas à utiliser des couleurs et à surligner des éléments directement dans votre texte. Ils se retrouvent ainsi, le 28 août, aux abords de l’île Stromboli, en Méditerranée, à «plus de douze cents lieues de leur point de départ». 15 trouve-t-elle endormi ? Elle leur permet ainsi de revenir aux temps préhistoriques, aux âges primitifs. Voyage au centre de la terre  est un Roman de Jules Verne (1828-1905), publié à Paris chez Hetzel en 1864. Pourtant, les dire suffit à les créer. D’ailleurs, quel savoir tirer d’une telle équipée? De plus, en voulant démentir la science moderne par l’alchimie médiévale, Lidenbrock se comporte avec une inconséquence choquante, aux yeux du scientisme positiviste du XIXe siècle. A mi-chemin entre le scientifique et l’imaginaire, Voyage au centre de la terre de Jules Verne (1864). 20 À nos âges c’était encore une bonne chose d’attaquer les villes par le bas. Se poser les bonnes questions : qu'est-ce que le narrateur raconte ? Lhistoire commence le 24 mai 1863 à Ham… Découvre des dizaines de résumés et d'analyses détaillées des œuvres majeures de la littérature française pour tes révisions du bac de français. Enfin, l'intérêt du voyage, pour Nicolas Bouvier, c'est aussi d'accepter de changer soi-même. Vous proposerez un commentaire linéaire et organisé de ce texte, afin de montrer en quoi l’expérience racontée illustre une vision personnelle du voyage. C'est l'attention portée aux détails qui fait alors toute la saveur du voyage. : imaginez que vous êtes un détective qui doit relever et analyser tous les indices, sans rien laisser de côté ! Ce texte est extrait du roman Voyage au centre de la Terre, écrit par Jules Verne au XIX e siècle. Je ne puis peindre mon désespoir. En second lieu, je vais étudier comment Nicolas Bouvier parvient à animer le portrait qu'i dresse de la mouche d'Asie. Le monde qu’ils décrivent reste jusque dans sa substance plus imaginaire que réel. Voyage au centre de la terre, Jules Verne. Voyage au centre de la Terre raconte l’exploration d’un groupe de personnages composé du professeur Lindenbrock, d’Axel et de Hans Bjelke à travers un passage conduisant au centre de la Terre.. Hambourg, mai 1863. L'agrément dans ces lents voyages en pleine terre c'est – l'exotisme une fois dissipé – qu’on devient sensible aux détails, et par les détails, aux provinces. L'antithèse "pochards obligeants" (l. 6) illustre ce paradoxe. Ces éléments n'évoquent pas de monuments grandioses que les touristes visitent habituellement quand ils vont à l'étranger. Cette fois nous n'en avons qu’une ; un mot pour, une tête à vendre sa mère, mais c'est un excellent homme tout plein d'un désir brouillon de débrouiller nos, un chef de la police dont il promet merveille, Et l'on va au diable, sous un soleil de plomb, manger une tête de mouton au yaourt, chez un vieillard qui nous reçoit en pyjama, , il ne connaît plus personne à la préfecture... d'ailleurs. La singularité de ce roman ressort d’autant mieux qu’on le replace en perspective, en cherchant à saisir ce qui fait de lui à la fois un prolongement de l’expérience narrative menée dans les Voyages Extraordinaires, un ensemble où il a sa place, et une exception qui, en révélant la face cachée de cette expérience, en fait basculer les enjeux d’un tout autre côté. grinçait quand on en voulait tirer quelque chose" => illustre le fait que le professeur ne souhaite pas partager ses connaissances, il "résiste" comme la poulie d'un vieux puits. Auteur : Jules Verne Analyse de : David Noiret La fiche de lecture rédigée par David Noiret, maitre en langues et littératures françaises et romanes, propose une analyse détaillée du Voyage au centre de la Terre de Jules Verne, avec un résumé complet chapitre par chapitre, une étude des personnages, des clés de lecture et quelques pistes de réflexion sous forme de questions ouvertes. Les premières sont qualifiées de façon méliorative : "La mouche d’Europe s’en tient aux vitres, au sirop, à l’ombre des corridors. Le voyage reprend sa monotone uniformité, que je ne tiens pas à rompre au prix des dangers d’hier. Voyage au centre de la Terre. et SURTOUT comment le raconte-t-il ? (l. 14). L'opposition marquée par la conjonction "mais" (l. 4) et l'exclamative "il y a les mouches !" 2. Au choix : une nouvelle, un roman, une BD (y compris manga), un film, Support : un power-point (qui sera publié sur le site Ramus), Présentation d’un extrait (une page, une planche ou 5 min. Toute l’errance des trois personnages paraît en effet marquée d’une sorte de rétrogradation générale. 1) Le plus intéressant dans les voyages, ce sont les gens et les choses simples. Parfois même elle s’égare sur une fleur." Nous ne pouvons prendre pied dans l’existence qu’au terme d’un chemin passant obligatoirement par le mythe et sur lequel un père charnel ou légendaire nous a forcément précédés. Ils pénètrent alors dans un monde aussi fascinant que dangereux. "à la cassure, à l'aspect, à la dureté, à la fusibilité, au son , à l'odeur, au goût d'un minéral quelconque" (l. 14-15) illustre à quel point le savant est méthodique et expert dans son domaine. Voire : soit. problématique : en quoi cet extrait rapporte-t-il la dernière découverte des personnages, pourtant sortis du centre de la Terre ? Vous soignerez votre expression, et penserez à justifier votre analyse par des citations précises. En lui faisant trouver bon : … La malaria n’est pas plus dangereuse qu’une mauvaise grippe ; le premier médecin venu vous le confirmera. C'est ce genre de rencontre que Nicolas Bouvier raconte dans la suite du texte. Résumé. Nicolas Bouvier adopte alors le ton de l'exagération, comme le soulignent la répétition du nom "haine", ou encore l'expression "les larmes aux yeux" (l. 5) qui montre la réaction épidermique du narrateur à la pensée d'une mouche. présentation du texte + rappel de ce qui précède. Le menu du repas et la tenue de l'hôte = réel exotisme sans spectaculaire, on n'a plus les repères occidentaux, comme prévu, rencontre qui n'apporte pas ce que les deux hommes attendaient, qui minimisent l'influence du chef de police : "il y a longtemps" (l. 14), "autrefois" (l. 15), , "petite ville" (l. 14), formule qui résume tout : "d'ailleurs, il a tout oublié" (l. 15), rencontre qui symbolise la lenteur du voyage. Nicolas Bouvier fuit "l'exotisme" (l.1) et s'intéresse davantage aux gens et à leurs habitudes de vie. Le 13 août, on se réveilla de bon matin. C’est un savantpassionné par les vieux ouvrages, et c’est un fin analyste qui adore résoudre desproblèmes. C’est lui, par exemple, qui trouve le poignard abandonné par Arne Saknussemm, et qui, malgré les doutes qui le tenaillent, fournit sans arrêt de nouveaux motifs pour aller plus loin: «Un feu intérieur se ranima dans ma poitrine! : "une tête à vendre sa mère" (l. 8-9), opposition marquée par "mais" (l. 9), : c'est un excellent homme tout plein d'un désir brouillon de débrouiller nos, restitution du dialogue : rend le portrait vivant, et replonge le lecteur dans la situation vécue, "non il ne pense pas... non il ne connaît personne" (l. 10-11) :  impression négative avec la, "un chef de la police dont il nous promet, qui provoque la méfiance, et qui annonce l'échec de la stratégie, 2) Le chef de la police : illustration du "contre-exotisme", situation qui pourrait être tendue pour des Occidentaux, chez un vieillard qui nous reçoit en pyjama" (l. 11-12). Cette maladie pourrait même fournir un bon alibi pour rester tranquillement au lit comme le montre la phrase "on ne songe qu'à dormir et le lit est bon" (l. 3-4). Ensuite, Nicolas Bouvier opère une distinction qui va lui permettre de présenter le sujet plus précisément. Il fait grandir. Voyage au centre de la Terre. En premier lieu, je vais analyser la manière dont Nicolas Bouvier donne une vision personnelle du voyage. En fait, s’agissant de l’exploration d’un non-lieu, on doit se demander si l’ailleurs visité ne représente pas davantage le temps qu’un espace. L'auteur y raconte le long périple accompli par lui et son ami Thierry Vernet depuis l'Europe jusqu'en Asie. Lors de l’examen, vous disposerez d’une heure pour préparer votre explication à l’aide d’un brouillon, vous présentez ensuite votre analyse pendant 20 minutes après avoir lu le texte à voix haute, puis l’examinateur vous posera des questions durant 10 minutes. - problématique : En quoi ce texte révèle-t-il des découvertes de plus en plus extraordinaires ? Ils naviguent même sur un océan souterrain, peuplé de monstres préhistoriques. Pour écrire Voyage au centre de la terre, Jules Verne a lu La terre avant le déluge de Louis Figuier, ouvrage de vulgarisation scientifique paru en 1862, illustré par des gravures de Riou. je vais étudier comment Nicolas Bouvier décrit les deux hommes qu'ils sont amenés à rencontrer lors de leur séjour en Iran. Rapprochez la date en ouverture du récit de la date de parution du roman. Deuxième grand roman de la série des «Voyages extraordinaires», évoquant une descente au creux maternel de la Terre, l’œuvre se charge d’un imaginaire aussi délirant qu’inquiétant, dont le sens symbolique apparaît comme une invite irrésistible à l’interprétation. L'expression "impudence sinistre" la dote d'un mauvais esprit, et suppose une. Lire en mode normal (façon ereader) XXX. L’immense caverne envahie par les eaux sur lesquelles ils naviguent, matrice gigantesque d’une vie toujours renouvelée depuis l’aube des temps, en est l’image la plus saisissante. On ne songe qu’à dormir, et le lit est bon. Le caractère authentique de ce récit permet au lecteur de trouver ces éléments réels encore plus incroyables. Vous : "Une vie entièrement consacrée à leur nuire m’apparaîtrait comme un très beau destin" (l. 6-7). Pour répondre à cette question, j'étudierai tout d'abord la définition du voyage par le narrateur (du début à la ligne 7), puis l’art du portrait (de la ligne 8 à la ligne 17), et enfin la “morale” de cette histoire (de la ligne 18 à la ligne 21).

Qui Est Tabaqui Dans Le Livre De La Jungle, Parking Gare Tgv, Train De Nuit Lyon Bordeaux, Lettre De Candidature Offre D'emploi, Mélange Poisson Picard, Texte Les 12 Travaux D'hercule, Haut-parleur Bluetooth Marley, Guide Lego Star Wars Saga Complète, Job étudiant Bruxelles,