", Ouejdide : A suivre avec d’autres photos. Jusqu'aux années 1960, il y avait aussi une importante minorité berbère juive au Maghreb, mais l'émigration (principalement vers Israël et la France) réduisit considérablement leur nombre à seulement quelques centaines d'individus. ", Attou : La Fabrique, 2020. Cependant, son intention de restaurer la Numidie unifiée demeura forte, ce qui le conduisit incessamment à envahir en 112 av. Un premier conflit apparait dans la grande famille des Masmoudas, les Almohades détruisent les Berghouata. Les Sanhadja se divisent pour former deux dynasties distinctes : les Zirides (chiite) et les Hammadides (sunnite). Fréquent chez les Juifs d'Afrique du Nord, c'est un nom de sens incertain. Le suffixe -i marque l'appartenance à une tribu, une famille. Variantes : Ganem, Ghanam, Ghanim. L'identité berbère est généralement plus large que la langue et l'ethnicité, et englobe toute l'histoire et la géographie de l'Afrique du Nord. Difficile de savoir si le sens est le même. La lignée maternelle directe des Berbères la plus ancienne date du paléolithique (30 000 ans avant notre ère) représentée par l'haplogroupe U6 (d'origine ouest-eurasienne)[64]. D'autre part, plusieurs Fatimides ont changé de camp pour s'engager du côté des Omeyyades[85]. LES NOMS DES JUIFS DU MAROC . A noter cependant que le nom pourrait être berbère. Nom de famille espagnol correspondant à un toponyme. ", Nom porté par des Juifs séfarades d'Afrique du Nord. Avec préfixes filiatifs berbère et arabe : Aït Chikh, Ben Chikh. Pour Benouar et Benouari, il faut aussi envisager le fils de Nouar, nom de personne arabe (voir ce nom). La majorité des haplogroupes masculins des Berbères sont E1b1b (12% à 100%) d'origine atérienne et ibéromaurusienne[39],[40], et J (0% à 31%) d'origine majoritairement arabe et carthaginoise[41]. Ahmimed : En Algérie, la plateforme d'el Kseur en Kabylie (le Gouvernement algérien et les Arouchs (tribu) Kabyles se sont accordés sur cette plateforme) donne le droit aux tribus d'émettre des sanctions pécuniaires à l'encontre des délinquants. Il désigne le fils (ben) de celui qui s'appelle Zrihen, nom de sens incertain. En arabe (ghânim), c'est un nom de personne désignant celui qui réussit, qui atteint son but. Selon Belkacem Lounes, Président du Congrès mondial amazigh, : « L'immigration berbère en France est l'une des plus anciennes puisqu'elle remonte à la fin du XIXe siècle. J.-C., se rebelle contre Rome à qui il va infliger de sévères défaites au cours d'une guerre longue et difficile qui durera de 111 av. Surtout porté en Algérie (parfois par des Juifs séfarades), c'est un nom dont le sens m'est inconnu, d'autant qu'il est difficile de savoir s'il est arabe ou berbère. Benayoun : Le préfixe ben veut dire fils en arabe. Il réussit sous sa conduite à préserver l'indépendance de son royaume en jouant habilement de la rivalité régionale qui prévalait à l'époque, tout en lui garantissant une prospérité économique certaine, grâce au remarquable développement de l'agriculture et de l'élevage. Désigne le fils de Guigui, nom porté par des juifs séfarades d'Afrique du Nord. Aujourd'hui, la majeure partie des Berbères vit en Afrique du Nord : on les trouve au Maroc, en Algérie, en Tunisie, en Libye, au Niger, au Mali, en Mauritanie, au Burkina Faso, en Égypte, mais aussi aux Îles Canaries[17]. Toute une famille se prépare à partir sur les rout… La nationalité romaine est offerte aux Berbères, cela facilite l'intégration de certains nomades au monde romain[123]. C'est un nom de type augural qui a été fréquemment pour assurer santé et longévité à un enfant. Hérodote (484 av. Il renvoie à la tribu des Aït Ishou, vers Meknès. Les Mèdes et les Arméniens s'unirent aux Libyens. Nom porté en Algérie, sans doute berbère. Les dictionnaires proposent en général un nom de personne d'origine germanique Ishard (is = fer + hard = dur). Les noms juifs viennent de tous les pays de l'exil (romain, grec, araméen, arabe, berbère, français, anglais, espagnol,allemand, polonais, russe, portugais, etc).Souvent un de ces mots entre dans la composition de multiples noms , de même, il y a plusieurs sources qui expliquent le même nom. Egalement écrit Benhenou, ce nom, porté en Afrique du Nord, désigne le fils (ben) de Hennou, forme sans doute berbère renvoyant à l'arabe Hanna (= compassion, pitié, grâce), nom de personne qui correspond souvent au prénom Jean. Nom berbère désignant un orphelin (agujil). Grâce à la méthodologie, aux astuces et aux conseils qui vous sont proposés, vous deviendrez rapidement un généalogiste confirmé ! Amrouche : Au IIIe siècle av. Il correspond sans doute au nom arabe Akhnas (= celui qui a le nez camus), dont il est une forme plurielle, marquant l'appartenance à un clan, à une tribu. Le nom désigne en arabe dialectal (centre et est de l'Algérie) celui qui est noir. Porté par des juifs originaires de l'Oranais et du Maroc (variantes Afergan, Afergane, Efergan, Afrigan), le nom semble venir du berbère afrag (= lieu clos, cloître), toponyme sur lequel se sont construits plusieurs noms de tribus, notamment les Beni-Fergan, dans la région de Collo, ou les Ait Fergan. L'empire s'effondre à la fin du XVIe siècle, à la suite de la bataille de Tondibi. ", Nom porté par des juifs séfarades. ", Zerari : Les Berbères sont les Mauri cités dans la Chronique de 754 lors de la conquête musulmane de la péninsule Ibérique, pour devenir depuis le XIe siècle, le terme Moros (en espagnol, et Maures en français) sur les chartes et les chroniques des royaumes ibériques chrétiens en expansion pour se référer aux Andalous, Nord-Africains, et les musulmans en général. Assez fréquent chez les Juifs d'Afrique du Nord, le nom renvoie à Sfedj, village berbère du Djebel Nefoussa, en Libye. Rome accepte alors de le laisser régner, mais seulement à condition que la Numidie reste divisée. Les Zénètes furent ainsi amenés à se déplacer vers l'ouest du Maghreb et au sud devant la poussée des Zirides (tribu des Sanhadja, chiite)[154]. C'est à la fois un nom de lieu et un nom de tribu. Nom porté par des juifs originaires d'Afrique du Nord. Un nom berbère (kabyle) sur lequel je suis incapable de me prononcer. J.-C. la Numidie orientale, réunifiant ainsi de nouveau la Numidie. En utilisant ces derniers, vous acceptez l'utilisation des cookies. En 544, les Byzantins exerceront un pouvoir juste dans la province de Constantine et dans l'Ifriqiya. Difficile de définir le reste du nom : peut-être l'arabe `arîsh = litière ou `urûsh = baldaquin. Porté le plus souvent par des Juifs marocains, le nom s'écrit aussi Zerzer, Izerzer. En composition : Aït-Mohand, Ben Mohand (= fils de Mohand). Amraoui : Nom marocain formé avec le suffixe d'appartenance -aoui sur Amr, Amer (arabe `âmar = prospère, qui vit vieux, racine `.m.r = vivre, vie). - Laqab (لقب) (dans le cas des nombreux commerçants fassis les métiers comme Kettani, Attar, Lahlou mais aussi et surtout le titre honorifique comme El Mansour Les Lahlou : Il existe trois origines à cette famille, Les Lahlou: Famille de souche berbère appartenant à la dynastie Wattassides. Variante : Ayoun. Haddouche : Ce dernier village, de peuplement berbère, s'appela d'abord Benihambra (source : André Bazzana, Villages et terroirs andalous) : on y reconnaît le préfixe beni- (= fils de) et vraisemblablement l'arabe Hamrâh (= rouge). Durant son règne, il fit envoyer le très populaire Jugurtha, petit-fils de Massinissa, comme représentant en Ibérie pour l'éloigner du pouvoir. Plusieurs villes et monuments au Maghreb et en Al-Andalus sont considérés comme patrimoine mondial. Je n'en connais pas le sens. Il correspond à l'espagnol "catorce" (= quatorze), qui semble avoir été un nom de lieu au Moyen Âge : un certain Youssef de Catorce, fils de Samson de Calatayud, est mentionné en 1319 (source : Maurice, D'origine kabyle, le nom est porté par des musulmans ou par des Juifs séfarades. Selon Léon l'Africain, Amazigh signifiait « homme libre », bien que cela soit contesté, parce qu'il n'y a pas de racine de M-Z-Gh qui signifie « libre » dans les langues berbères modernes. A rapprocher éventuellement de l'arabe Daqqâq (= marchand de farine). En 745, ces derniers choisissent le dogme sufrite (kharidjite) et désignent Abou Qurra comme calife. Nom porté par des juifs de l'Oranais. Dérivés : Ghanmi, El Ghanmi, Ghanami, El Ghanami, Ghanemi, Ben Ghanem (ou Benghanem, le fils de Ghanem), Boughanem (le père de Ghanem ou l'homme au roseau). Le territoire bénéficie d’une indépendance formelle tout en reconnaissant la souveraineté abbasside[142]. Salluste n’hésite pas à remonter les siècles pour rechercher les origines des Berbères ; il va même jusqu’à interroger les ouvrages en langue punique en possession du roi Hiempsal II ou les écrits mêmes de ce souverain numide[48]. Tubiana : Chaouch : Bentata : Porté indifféremment par des musulmans ou des juifs du Maroc ou d'Algérie, désigne le fils de Tata, un nom qui semble être au départ un toponyme : un village berbère du sud marocain s'appelle Tatta (région d'Agadir). En composition : Aït-Mohand, Ben Mohand (= fils de Mohand). Zouar : Les Espagnols s'emparent du Sahara occidental, du Rif et de quelques villes dont (Sidi Ifni). Nom surtout porté en Provence, où on trouve aussi la forme Azoulaï. Liste des plus beaux prénoms berbères filles originaux. Les hommes de Mechta-Afalou datant du Caspien, trouvés dans la nécropole de Columnata, montrent des signes de gracilisation et de brachycéphalisation par rapport aux hommes plus anciens d’Afalou et de Taforalt, et sont qualifiés du terme de « mechtoïdes ». Ce dernier, voulant restaurer l'unité du royaume, fait assassiner ses cousins, et, en 113 av. Le Maroc et l'ouest Algérien est au main des armées berbères, et les omeyyades en sont expulsés, mais l'est de l'Ifriqiya (actuelle Tunisie) reste une province omeyyade jusqu’en 750, quand la lutte entre Omeyyades et Abbassides voit ces derniers l’emporter[138]. Peut-être encore le kabyle arrac = garçon ou ariruc = gros oeil. Signification obscure. Ils sont parfois appelés Berbères arabisés. Tous ces noms sont similaires et sont peut-être des représentations étrangères du nom utilisé par les Berbères pour s’appeler eux-mêmes, en général, Imazighen. Dérivé patronymique : Belaïdi. Le tatouage berbère remonte à la Préhistoire et servait notamment aux tribus berbères à s'identifier à travers des dessins géométriques sur le corps (tribus libyennes)[192]. Faisant une étude comparative des différents généalogistes arabes et berbères existant bien avant lui, il en tire sa propre analyse sur l'origine des Berbères. Malgré les appels pressants de plusieurs parties, les donatistes disparurent presque complètement de la scène religieuse, seule une minuscule communauté survivant dans la clandestinité jusqu’au VIe siècle[131]. Saint Augustin, évêque catholique d'Hippone (actuellement Annaba), essaie de calmer la violence de l'administration romaine, en plaidant pour un traitement plus humain des donatistes. L'agriculture se développe grâce à la plantation de plusieurs milliers d'oliviers pour faire de l'huile d'olive en Algérie. Patronyme porté le plus souvent par des juifs d'Afrique du Nord. Dans cette langue, le mot azugg(w)agh signifie rouge. À l'exception des Touaregs, la majorité des Berbères sont génétiquement plus proches des Européens et des Moyen-Orientaux que des autres populations humaines – les Touaregs se situant dans une position intermédiaire entre les populations subsahariennes et le reste des Berbères[66],[67]. Il signifie mot à mot "fils de la fête". On peut citer : note : Les études de la génétique matérialiste[100],[101], ainsi que les études historiques et sociolinguistiques[102],[103] confirment l'origine berbère de la majorité des Nord-Africains arabophones. Nom de tribu marocaine (`abbû). Amar: : nom d’origine arabe qui designe un perseverant, un fidele, un bâtisseur, ou un fermier. Avec suffixe d'appartenance : Ouari, Benouari. Les Français attaquent les Ottomans et prennent l'Algérie, la Tunisie. Assouline : Ameziane : Nom de personne berbère, porté également par des juifs d'Afrique du Nord, qui signifie celui qui est beau ('amazyân). J.-C. après la défaite de Thapsus contre César. Ayant échoué dans sa tentative pour s’établir dans la Sicile reprise par les Normands, la dynastie ziride s’efforce sans succès pendant 90 ans de récupérer une partie de son territoire pour organiser des expéditions de piraterie et s’enrichir grâce au commerce maritime. Dans son livre sur l'Histoire des Berbères, il cite presque tous les travaux déjà faits sur la généalogie ancienne[85]. Dès 39, Caligula confie la conduite de la région de Numidie à un représentant personnel – « légat de l'empereur » – chargé de commander la troisième légion Auguste. Nom berbère (également Amghar) désignant le plus ancien, le plus âgé, c'est en particulier le nom donné aux chefs de tribus chez les Touareg. Nom berbère porté par des juifs d'Afrique du Nord. Ifru était une déesse solaire et en même titre un dieu des cavernes et protecteur du foyer, etc[181]. Les deux dernières dynasties berbères zénètes se font la guerre, les Zianides contre les Mérinides (ils adoptent un nouveau malékisme)[158]. Nom d'origine algérienne, sans doute berbère : le mot kabyle funas semble avoir désigné un boeuf (féminin tafunast = vache), il est employé de façon péjorative pour désigner un goinfre, ou encore un homme à l'esprit peu éveillé. Medioni, Mediouni : Ou Toubiana, Tobiana. Située sur la route de l'Ourika, à 15 minutes de la médina, cette ancienne ferme restaurée dans la pure tradition locale comporte 12 chambres. On notera, au sud de Marrakech, la tribu des Aït Tizguin Ouassouline. 93Le nom de Robert Montagne est particulièrement associé aux recherches sur les leffs du Maroc et plus globalement sur les sociétés Berbères de l’Atlas (Montagne, 1927, 1930, 1941). Après une description du pays – limites, climat, faune et flore –, l'historien présente les Gétules et les Libyens comme les premiers habitants de l'Afrique. Très courant en Afrique du Nord, le nom peut être arabe ou berbère. Dans ce cas, l'origine est à rapprocher du basque izar (= étoile),qui a son équivalent dans le berbère ichri. Nom berbère voisin du kabyle Arezki, dans lequel on trouve la racine consonantique r.z.q, qui signifie pourvoir à la subsistance. Ou Viñambres. Le souverain se réfugie alors à Mahdia en 1057 tandis que les nomades continuent de se répandre en direction de l’Algérie, la vallée de la Medjerda restant la seule route fréquentée par les marchands[146]. Connus dans l'Antiquité sous le nom de Libyens, les Berbères ont porté différents noms durant l'histoire, tels que Mazices, Maures, Numides, Gétules, Garamantes et autres. Il désigne le fils (préfixe berbère ou-) de celui qui s'appelle Hayoun (voir ce nom). Les Hilaliens suivis des Banu Sulaym — dont le nombre total est estimé à 50 000 guerriers et 200 000 bédouins[146] — se mettent en route après que de véritables titres de propriété leur ont été distribués au nom du calife fatimide. Dérivé patronymique : Belaïdi. Ce sont les principaux habitants du vaste désert du Sahara[212],[213]. Les noms juifs viennent de tous les pays de l'exil (romain, grec, araméen, arabe, berbère, français, anglais, espagnol,allemand, polonais, russe, portugais, etc).Souvent un de ces mots entre dans la composition de multiples noms , de même, il y a plusieurs sources qui expliquent le même nom. Durant le XVe siècle, les Songhaïs, après plusieurs conquêtes militaires, supplante l'Empire du Mali, et le royaume songhaï de Gao devient un empire, sous la dynastie des Si, du conquérant Sonni Ali Ber, qui se verra remplacé par la dynastie des Askia d'origine soninkés, fondée par Askia Mohammed Touré, avec la ville de Gao pour capital. J.-C., à la mort de Massinissa, Scipion Émilien partage la Numidie entre les trois fils du roi. Langue partout minoritaire, le berbère s’est maintenu dans des zones refuges, surtout rurales et … Parmi eux, la confédération des Mâchaouach représente l'une des premières identifiées. À partir d'avril 2002, les revendications berbéristes se calment avec la reconnaissance du berbère comme langue nationale algérienne[167]. En revanche, lors de la dynastie des Zianides de Tlemcen, l'identité et la langue berbère étaient le centre d'intérêt du roi Yaghmoracen Ibn Zyan[151]. Le théâtre de Timgad pouvait contenir 4 000 personnes de l'Aurès. Les Berbères s'appellent eux-mêmes Imazighen (sing. La plupart de ces noms peuvent aussi être portés par des Juifs séfarades. À partir de 1881, en Kabylie, l'administration française attribuera des patronymes arabes aux populations qui, jusqu'à cette époque, portaient encore pour certains des noms à consonance latine[165]. Mezzache : Les Berbères ou Amazighs (en berbère : Imazighen (tifinagh : ⵉⵎⴰⵣⵉⵖⵏ ou ⵎⵣⵗⵏ, ABL : Imaziɣen) sont les membres d’un groupe ethnique autochtone d'Afrique du Nord. Le premier conflit important berbère au VIIIe siècle survient alors, raconté par Ibn Khaldoun, historien du XIVe siècle[152]. Variantes ou formes similaires : Cadous, Caddous, Cadoch, Cadoche, Cadosch, Kaddous, Kaddouche, Kadouche, Kadoch, Kadoche, Kadosche. En berbère (aganim), il a le sens de roseau et pourrait être un surnom pour un homme élancé. On sait en effet que l'isard a sur le front une tache blanche comparable à une étoile. Le rapport avec le prénom féminin Barbe (également Barbera, Barbara) est tentant, mais rien ne dit que ce soit la bonne solution. Oussaid : Le mode de vie nomade ou semi-nomade des Berbères convient très bien au tissage des kilims. ", Amsellem : Ifru symbolise les rites dans les cavernes pour protéger les commerçants. Khenafou : Un nom berbère (kabyle) sur lequel je suis incapable de me prononcer. De plus, plusieurs chefs arabes et perses avaient des épouses berbères comme Idris, Ibn Rustom, etc. Nom arabe fréquemment utilisé comme prénom berbère. Al-Aghlab établit la dynastie des Aghlabides, qui règne durant un siècle sur le Maghreb central et oriental. Surtout porté en Algérie (variante : Aggoun), pourrait correspondre au mot berbère "aggun" (= pierre), mais il convient d'être prudent. Selon certains auteurs (. Autre possibilité : celui qui est petit (ameZyan), sens que le nom pourrait avoir en Kabylie . Certains auteurs pensent que les Juifs d'Afrique du Nord sont en grande partie des Berbères judaïsés. Un nom aux origines controversées. Ghanem : Nom de personne berbère, porté également par des juifs d'Afrique du Nord, qui signifie celui qui est beau ('amazyân). Après 193, sous Septime Sévère, la Numidie est officiellement détachée de la province d'Afrique et constitue une province à part entière, gouvernée par un légat impérial. Il signifie en berbère celui qui a les yeux bleus. On y trouve la racine arabe s.l.m (hébreu sh.l.m) avec le sens de "paix" (également "sûreté, prospérité, perfection"). La Ferme Berbère" est l'endroit idéal pour déposer ses valises dans la campagne de Marrakech. —. Il s'ensuit plusieurs ethnies qui se sont fondues dans les tribus berbères comme les Phéniciens, les Vandales, les Juifs, les Byzantins, les Romains, les Arabes, les peuples d'Afrique, les Européens, les Turcs, etc.[106],[107]. Je n'en connais pas le sens. De ce côté, il est donc possible de dire que les Berbères entrent dans l'histoire. Nom berbère porté par des Juifs séfarades. Les Mozabites, Berbères du Mzab, sont régis par les chefs spirituels de l'ibadisme. Avec l'Hilaliens, les dialectes berbères sont plus ou moins influencés par l’arabisation, à commencer par ceux de l’Ifriqiya orientale[146]. De 767 à 776, les kharidjites berbères sous le commandement d’Abou Qurra s’emparent de tout le territoire, mais ils se retirent finalement dans leur royaume de Tlemcen, après avoir tué Omar ibn Hafs, surnommé Hezarmerd, dirigeant de la Tunisie à cette époque[140]. Nom sans doute berbère (suffixe -iche). Une autre source donne le sens de "trésor caché". Geneanet respecte les généalogistes : nous nous engageons à ne faire aucun usage commercial des données librement partagées par les membres (arbres, photos, actes, relevés...). Tout comme Zenata, c'est un nom kabyle qui évoque le peuple berbère des Zenata (ou Zénètes), surtout présent dans le sud-ouest algérien et dans l'est du Maroc, parlant le dialecte zenaTiya. Yves Lacoste et Camille Lacoste-Dujardin. Lalla Fatma N'Soumer était une femme berbère de la région kabyle qui a combattu les Français. Pendant l'Antiquité, les Berbères se disputaient le pouvoir. Kerroucha : Au contraire, selon le dictionnaire de Michel Mourre, le pouvoir et la religion seraient les sources des conflits des Berbères[156]. Nom berbère qui désigne un boiteux (arejdal). De plus, « Am- » est un préfixe signifiant « un homme, celui qui est [...] ». Les Almohades étaient composés des Masmouda. Zougar, Zouggar : À la fin, Massinissa réussit à unifier la Numidie. Ce sont généralement des fractions de tribus implantées dans le sud du Maroc ou de l ... en réalité nom d’un groupe berbère très connu de l’Atlas marocain. Les Zaouïas avaient un rôle juridique important au sein des populations pour le règlement des crises. Plusieurs Berbères, tels que Lalla Fatma N'Soumer, Cheikh El Mokrani, Cheikh Bouamama, etc., se révoltent et organisent plusieurs guerres pour reprendre leurs territoires. Correspond à un mot berbère qui signifie "rocher". Le nom est originaire d'Afrique du Nord (Algérie, Maroc), souvent porté par des Juifs séfarades mais pas exclusivement. Porté par des juifs d'Afrique du Nord (variante El Guedj), le nom, d'origine apparemment berbère selon Eisenbeth (Les Juifs de l'Afrique du Nord), pourrait être lié à l'idée de déménagement (kabyle agaji), le sens exact restant à préciser. La Numidie devient alors la province d’Africa nova, jusqu'à ce qu'Auguste réunisse les deux provinces en un seul ensemble, l'Afrique proconsulaire. Plusieurs provinces connues sous les noms : la province d’Afrique correspondant au territoire naturel de Carthage et la côte ouest de la Libye (l’Africa Vetus et de l’Africa Nova, sera divisée par Dioclétien en trois : la Tripolitaine, la Byzacène et l'Afrique proconsulaire résiduelle, aussi appelée Zeugitane. Voir aussi Rebattachi. Le premier élément pourrait être le préfixe arabe ou berbère 'am, marquant l'agent, mais aussi le mot hébreu `am (= peuple). Porté en Algérie, c'est un nom berbère (suffixe diminutif -ouche) formé sur un nom de personne qui devrait être Haddou (également berbère) mais dont je ne connais pas la signification (à rapprocher peut-être de l'arabe Hâdi = celui qui guide). La diversité du Maroc ne se limite pas à ses paysages, à sa faune et à sa flore. Répartition des populations berbérophones en Afrique du Nord.